VIER PFOTEN App nun für Iphone/Ipad und Android erhältlich


VIER PFOTEN App Download für
AndroidAndroid

IphoneIphone

Canned Hunting


Born to be killed: chasse au lion en Afrique du Sud

Les voyages pour l'Afrique du Sud sont en plein boom, mais pas seulement pour les fans de football ou les amis de la nature. L'Afrique du Sud est aussi un paradis pour les chasseurs: des milliers de touristes chasseurs d'Europe et des USA se rendent dans la région; au lieu de photos, ils rapportent des bêtes mortes à la maison. Selon le portefeuille, presque toutes les espèces sont disponibles – même celles protégées, comme les éléphants. Une chasse au trophée particulièrement perfide est la "chasse close" de lions.


 


Canned Hunting

La pire variété de chasse aux trophées est le "Canned Hunting" ou "chasse close". Les victimes sont généralement des lions, servis sur un plateau d'argent aux chasseurs: les animaux sont simplement enfermés dans des enclos et abattus.

Les lions sont élevés dans des fermes et nourris à la main. Ils n'ont aucune crainte de l'homme. Et les animaux ne peuvent pas s'échapper des enclos. Ils sont parfois attirés avec des appâts ou même tranquillisés avec des médicaments.

Chacun peut aller chasser le lion en Afrique du Sud – un permis de chasse ou une expérience n'est généralement pas demandée. Ainsi, la plupart des lions ne meurent pas du premier coup de feu, mais meurent dans la souffrance.




Boom des fermes d'élevage et de l'abattage

Pour la chasse aux trophées, des lions sont élevés dans plus de 160 fermes en Afrique du Sud et généralement nourris à la main pour les habituer à l'homme. Ces dernières six années, le nombre de fermes à lions a augmenté de 250 pour cent. Aujourd'hui, 4'000 animaux sont en captivité à attendre leur triste sort – plus que jamais.

De 2006 à 2008, le nombre de lions abattus a triplé en Afrique du Sud; presque tous ces lions ont été élevés en captivité. L'autorité nationale pour l'environnement compta en 2006, 322 lions abattus, en 2007, 700 et en 2008, 1'050 selon l'association des éleveurs de prédateurs la South African Predator Breeders Association. Ces chiffres sont confirmés par l'énorme augmentation des exportations de trophées de lion.


D'abord caresser...

De nombreux jeunes animaux doivent être détenus d'abord pour les attractions touristiques; on peut les caresser, faire des photos et les promener. Des touristes ignorants visitent ces fermes et paient pour regarder ou toucher des lionceaux. Peu sont conscient, qu'ils soutiennent ainsi une industrie cruelle, qui est même refusée comme immorale par de nombreuses associations de chasseurs.


Une question d'argent

Le Canned Hunting est un hobby pour une minorité fortunée des pays industrialisés. Plus le portefeuille est épais, plus le trophée est grand: un lion mâle avec une magnifique crinière coûte environ 25'000 euros, les animaux avec des crinières foncées et denses coûtent jusqu'à 45'000 euros. Les femelles sont déjà disponibles pour 5'000 euros et moins. Quelques fermes proposent même des jeunes lions!
Des packages de chasse complets sont proposés sur Internet, dans les salons pour la chasse ou par des agences de voyage spécialisées, qui incluent l'"assistance" d'un chasseur professionnel, l'hébergement. Les coûts de transport et les dépenses du préparateur sont en plus.

Mais ce ne sont pas seulement les lions qui sont victimes des touristes chasseurs. Afin de proposer des trophées particuliers aux chasseurs, certaines fermes élèvent également des tigres pour les chasser, alors que ces animaux ne sont pas natifs d'Afrique du Sud.


Danger pour les lions sauvages

Les partisans du Canned Hunting prétendent parfois que le Canned Hunting sert à la protection de l'espèce. C'est tout le contraire: l'offre croissante des chasses aux trophées renforce la pression sur les populations de lions sauvages. De plus en plus d'animaux sont attrapés dans la nature pour l'élevage.

Le nombre de lions sauvages diminue depuis des années: les experts estiment qu'il existe encore 23'000 lions sauvages sur le continent africain, la SSC Cat Specialist Group de l'IUCN prévoit qu'environ 42 pour cent des grandes populations de lions vont diminuer.

 

 

 


imprimer